La BCE maintient son statu quo, les taux de crédit immobilier continue de baisser en juin

Une nouvelle fois, la Banque centrale européenne a maintenu son principal taux directeur à 1 %, son plus faible niveau, alors que l’OAT dix ans passait pour la première fois sous la barre des 3 % fin mai. Dans ce contexte, les taux d’intérêt des crédits immobiliers restent à un niveau historiquement bas, sous l’effet d’une nouvelle baisse de taux des banques en juin.

Comme on pouvait le prévoir, la Banque centrale européenne a une nouvelle fois laissé inchangé son principal taux directeur à 1 %. Et selon les économistes, aucun changement dans la politique de taux ne devrait intervenir avant le début de l’année 2011.

Une grande majorité des banques baissent encore leur taux de crédit

En juin, 76 % des banques partenaires de Meilleurtaux.com ont baissé leur taux de crédit de 0,10 % en moyenne, et jusqu’à 0,20 % pour quelques unes (seuls 3 % des banques ont augmenté leur taux, de 0,05 % quand 21 % les ont maintenus au même niveau). Certaines proposent désormais un taux fixe de 3,29 % pour un crédit sur 15 ans, un niveau inédit depuis début 2006. Le taux moyen sur 15 ans est également en baisse à 3,40 %, contre 3,70 % début 2010. « Nous sommes actuellement dans une situation de taux exceptionnellement bas. Contre toute attente, ils continuent à baisser mois après mois… Ils n’ont toutefois pas encore égalé leur plancher historique de 3,05 % sur 15 ans, atteint en octobre 2005. Difficile de dire si la baisse va se poursuivre… La stabilité reste donc l’hypothèse la plus probable », explique Sandrine Allonier, responsable des études économiques chez Meilleurtaux.com.

Ces nouvelles baisses de taux s’expliquent par le niveau très bas de l’OAT 10 ans – taux de long terme des emprunts d’Etat, utilisé par les banques comme référence pour déterminer les taux fixes – qui a franchi pour la première fois, le 25 mai 2010, le seuil des 3 %, et atteint son plus bas historique, à 2,86 %. Au 9 juin 2010, il était toutefois remonté à 3,08 %. « Toutefois, en dépit du très bas niveau des taux de crédit, il est aujourd’hui difficile d’envisager une réelle reprise du marché immobilier en 2010, en raison notamment du contexte économique qui pèse sur la confiance des emprunteurs », conclut Sandrine Allonier.

– Sources : meilleurtaux.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *